Nos amis témoignent

 mais aussi l’importance de leur contribution à l’émergence d’une société plus stable et plus solidaire. Les assureurs savent que l’équilibre des économies et des sociétés repose sur la capacité à non seulement prévenir les risques, mais à en réparer les conséquences lorsque ces risques ou accidents se produisent. Ils observent aussi que dans des sociétés dans lesquelles le rythme du changement s’accélère, chacun est à la merci d’un accident de la vie, de quelque nature qu’il soit, qui risque de le laisser sur le bord du chemin. La main qui se tend alors est décisive. Celle d’Ares, par la qualité de l’écoute et de l’accompagnement qu’elle apporte, par la confiance et l’estime de soi qu’elle redonne, a permis et permet à beaucoup de se relever et de reprendre leur marche et leur place. C’est pour multiplier ces mains qui se tendent que nous voulons continuer à développer nos liens avec Ares et aider à faire mieux connaître son action.
Henri DE CASTRIES, PDG du Groupe Axa
entreprises désireuses de s’engager pour l’inclusion sociale. Avec le fonds A2I dont je préside le Conseil d’Administration, nous avons choisi de soutenir l’initiative d’Ares de mutualiser au sein d’une même équipe ses efforts pour créer et faciliter les passerelles entre les entreprises et les demandeurs d’emplois en parcours d’insertion. Ares agit ainsi en médiateur et donne leur chance aux plus exclus d’accéder à l’emploi. Elle leur redonne confiance en eux avec un message clair : « Vous aussi ! Vous avez une force à redécouvrir, des compétences et des capacités à développer dont les entreprises ont besoin ! » 
Anne LAUVERGEON, Présidente du Fonds A2I
 Cette soif de performance qui pousse à tous les excès qui cultive certaines réussites (mortalité infantile, alphabétisation, NTIC…) qui réduit la fragilisation du vivant, augmente la fragilité humaine par l’exclusion, et nourrit la violence des « humiliés » victimes de cette exclusion. Dans cette société de l’intelligence qui, au coeur de la métamorphose du XXIème siècle, le chômeur n’est pas un inutile, le mauvais élève un nul, le pauvre un assisté ; ce sont des richesses perdues qui affaiblissent notre réussite collective. Qu’Ares et d’autres soient remerciés et soutenus pour valoriser cette richesse humaine,  réveiller des talents endormis, faire lever des espérances disparues et reconstruire des dignités bafouées. Quand on enlève l’espérance du coeur d’un homme, on détruit tout levier du changement. Ares, en optimisant la richesse de chaque être humain, répond au modèle de société auquel nous croyons : la liberté individuelle est protégée dans une solidarité collective et le collectif se renforce par l’addition des réussites individuelles.
Jean Paul DELEVOYE, Président du CESE
à trois points de vue : 1. Ares attache une égale importance à la quantité et à la qualité. Or, ces deux dimensions ne sont pas aisées à cultiver simultanément. Dans le domaine de l’insertion, leur conjugaison est pourtant la condition de la réussite à long terme. 2. Ares s’efforce de lier insertion et innovation. De ce point de vue là, l’Insertion par l’Activité Economique (IAE) démontre à la fois sa complémentarité avec l’entreprise privée, mais aussi une capacité à la devancer… 3. Ares lie étroitement mise au travail et formation ; c’est le b.a.-ba de l’insertion, mais en pratique, plus facile à dire qu’à faire… Bien sûr, il ne faut pas idéaliser, la pratique est toujours difficile ; mais peut-être qu’un nouvel entrepreneuriat social est en train de naître qui réconcilie des systèmes de valeur trop écartés les uns des autres. Il serait bon qu’il se diffuse bien au-delà du monde de l’insertion…
Jean Baptiste de FOUCAULD, Fondateur de Solidarités Nouvelles Face au Chômage
Ares est un partenaire privilégié du Solidarity Sourcing puisque nous partageons la même vision : le travail est un vecteur d’identité et de socialisation qui permet de retrouver l’autonomie et l’estime de soi…Chea LUN, Directrice du Solidarity Sourcing chez L’Oréal
et qui ont continué à s’y investir, de celles et ceux qui l’ont rejointe et ont su garder l’esprit initial. En vingt ans, l’association n’a pas pris une ride. Je me refuse, d’ailleurs, à penser que le vrai succès d’une structure sociale serait de disparaître, comme signe que les problèmes auraient été résolus. Il y aura toujours besoin d’Emmaüs, d’Ares et d’autres. Car leur action ne consiste pas à transitoirement réparer les pots cassés, mais à durablement prouver qu’il y a une place dans la société pour ceux qui ont traversé les plus grandes difficultés. Elles montrent qu’il n’y a pas qu’un seul modèle de création de richesse, d’entrepreneuriat, d’intervention sociale. Ares a réussi à ne pas se laisser enfermer ni dans la routine, ni dans les stéréotypes, ni dans la facilité. Alors, j’imagine tous les projets qui vont se développer dans les vingt prochaines années…
Martin HIRSCH, Fondateur du Service Civique
Fréderic OUEDA
En l’attribuant à cinq structures :  Apprentis d’Auteuil, Ares, CARE France, Emmaüs Défi et Sport dans la Ville, nous avons ainsi voulu souligner le bénéfice concret de leur action et affirmer notre engagement à leurs côtés dans la durée.
Frédéric OUDEA, DG de la Société Générale
Michel BARNIER
C’est le combat d’Ares. Ce combat, c’est celui que mènent au quotidien les membres et les partenaires d’Ares en faveur de l’insertion sociale et professionnelle des personnes victimes d’exclusion, leur permettant de retrouver une place à part entière dans la société. Cette année, nous fêtons les 20 ans du marché intérieur européen. Cet anniversaire, nous allons le célébrer sans nostalgie en montrant la voie à suivre pour retrouver le chemin d’une nouvelle croissance en Europe. Ces entrepreneurs sociaux, à l’instar d’Ares, de Thibaut Guilly et des équipes qui l’entourent ont leur part à prendre dans la construction de ce nouveau chemin. Vingt ans après, la réussite d’Ares illustre l’efficacité de l’entrepreneuriat social comme nouvelle voie de développement économique et social. Au moment où les Etats n’ont plus d’argent dans leurs caisses, et où les conséquences de la crise se ressentent avec une violence inouïe à travers toute l’Europe, la définition d’une nouvelle offre de croissance est devenue une priorité de mon mandat de Commissaire en charge du marché intérieur et des services. Avec l’aide d’une dizaine de collègues Commissaires, nous avons élaboré et proposé, en avril 2011, un Pacte pour le marché unique. (…) Il s’agit de propositions législatives qui doivent libérer des réserves de croissance aujourd’hui comprimées. (…) L’entrepreneuriat social fait partie de ces leviers prioritaires. J’ai la conviction qu’il s’agit d’un domaine où le potentiel de croissance économique et d’innovation sociale est absolument énorme. J’ai aussi la certitude que ce secteur encore trop méconnu propose un modèle d’entreprise et de développement durable sur le plan économique car nous ne pouvons pas sortir de cette crise historique comme nous y sommes rentrés. Les conditions de la sortie de crise sont aujourd’hui claires: un marché unique qui fonctionne mieux (…) et une cohésion sociale renforcée, dans la société bien sûr, mais aussi au sein de l’entreprise. Comme le souligne très justement la devise d’Ares, « tous les chemins mènent à l’homme ». Je souhaite qu’à travers notre action et celle d’acteurs comme Ares, « un certain nombre de ces chemins mènent à l’entrepreneuriat social » en Europe en 2012.
Michel BARNIER, Commissaire européen en charge du Marché Intérieur et Services
Nous avons la preuve qu’avec un coup de pouce, tous les talents peuvent s’exprimer, se déployer. Ce geste, Ares le fait jour après jour avec créativité et humanité. Je salue le travail colossal mené depuis plus de 20 ans. C’est une grande fierté pour moi d’avoir soutenu les équipes d’Ares lorsque j’étais adjointe au Maire chargée de l’Economie sociale et solidaire et de conserver, avec elles, des liens forts d’amitié. Bravo et longue vie !
Seybah DAGOMA, Députée de Paris
C’est pourtant bien ce qui s’est passé entre SNCF et Ares, que nous avons épaulée lors de sa création, et avec qui les coopérations sont de plus en plus nombreuses. Rien d’étonnant, au demeurant, dans cette fidélité. Refus de l’exclusion, service de l’intérêt général, vocation à tisser ensemble les volets sociaux, économiques et citoyens des échanges humains, sont autant de gènes que nous avons en commun, au-delà bien sûr des énormes différences qui séparent une association d’insertion d’un groupe industriel de service mondialement implanté. Je suis donc heureux aujourd’hui de souhaiter à Ares un bon anniversaire pour ses 20 ans !
Guillaume PEPY, Président de la SNCF
En apportant par exemple une réponse d’insertion concrète à un public parisien âgé, pour lequel une réintégration professionnelle paraît illusoire, Ares prouve qu’il n’y a pas de fatalité en  matière  d’exclusion.
Bénédicte GUEUGNIER, Directrice de la Fondation Financière de l’Échiquier
Quand on construit avec Ares, c’est avant tout avec la volonté de bâtir quelque chose de durable qui permette de remettre des gens au travail. Ce n’est pas de la charité.François BERTREAU, Directeur Général Adjoint de Veolia
Josiane Saint-Pierre
Etait-ce dû au fameux boudin aux pommes dégusté devant un bon feu de bois dans la grande cheminée de notre salle à manger, aux moutons, aux chèvres, aux chevaux (de vrais animaux !), à l’austérité de ce paysage hivernal et pourtant magnifique, à l’âpreté de ces visages burinés si prompts à rendre un sourire ? Toujours est-il que de ce jour-là est née une amitié indéfectible, rassurante, porteuse d’espérance pour ce vieux Berdine qui connaissait alors des jours difficiles et ne s’inventait plus d’avenir. L’enthousiasme des équipes d’Ares pour notre mode de vie communautaire, réinsuffle en nous l’énergie de persévérer. En effet, Ares à Paris, Berdine en Provence, portent toutes deux le même idéal : permettre à toute personne en difficulté, de quelque horizon qu’elle vienne, de se remettre en marche et de retrouver dignité et estime de soi dans le travail. Le compagnonnage entre Ares et Berdine se concrétise au fil des ans par une aide inestimable de Ares dans le cadre de recherche de financements pour la construction d’une maison bioclimatique destinée à l’accueil de nos résidents malades, pour l’organisation des Estivales de Berdine où la Troupe de Ares Atelier déploie ses talents sous la direction du metteur en scène qui dirige également la troupe de Berdine. En 2013, Berdine a fêté ses 40 années d’existence. A la faveur de cet anniversaire, nous avons ouvert un chantier de réflexions sur les principes fondamentaux de notre existence et nos règles de vie. Dans cette nouvelle dynamique où chaque résident est impliqué, Ares nous apporte son expérience, sa méthode et son efficacité. Ce qui se construit aujourd’hui se déploiera dans un avenir ouvert où le jumelage de nos deux associations donnera ses plus beaux fruits.
Josiane SAINT PIERRE, Fondatrice de Berdine

A découvrir aussi

Ares en chiffres

Plus de
500
personnes
accompagnées par an
21M
d’euros
de chiffre
d’affaire
68%
de sorties
en emploi
ou formation